La FSEA s'engage pour la formation professionnelle

La Société suisse pour la recherche appliquée en matière de formation professionnelle SRFP crée un lien entre la recherche appliquée en matière de formation professionnelle et les acteurs de la pratique de la formation professionnelle (formation professionnelle initiale, formation professionnelle supérieure, formation continue) Les activités principales de la SRFP sont l'organisation de journées et le compte-rendu des résultats de la recherche sur la formation professionnelle. Dans ce contexte, elle publie tous les quatre mois une newsletter gratuite. La SRFP a été fondée en 1987 et exerce ses activités en Suisse alémanique et en Suisse romande.

    Étude de l'IFFP sur les formateurs en entreprise

    une analyse systématique des organisations du monde du travail

    Les organisations du monde du travail sont indispensables pour la formation professionnelle – elles en sont les moteurs. La Leading House « GOVPET : Governance in Vocational and Professional Education and Training » soutenue par le SEFRI a à présent recueilli et analysé pour la première fois des données d’ensemble sur les OrTra. Cette étude montre que le nombre d’organisations spécialisées de la formation professionnelle a fortement augmenté depuis la réforme de la formation professionnelle de 2002. Ces institutions regroupent souvent des membres ou des organismes responsables hétérogènes et se distinguent à maints égards des associations traditionnelles d'entreprises, de métiers ou de travailleurs.

    Les moteurs de la formation professionnelle
    Foto SEFRI
    Décisions et parcours de formation des jeunes

    Le choix d’une formation post-obligatoire est un processus complexe. Dans le cadre d’une étude financée par le SEFRI, de jeunes adultes ont été interrogés à trois reprises à intervalles de deux ans. Les résultats permettent de mieux comprendre comment les décisions de formation sont prises et concrétisées. Ils établissent entre autres l’importance cruciale de la motivation des jeunes pour la planification de leur formation. Les jeunes optent pour une formation par intérêt pour un sujet ou une activité. Un éventuel gain de prestige, de revenus ou de sécurité de l'emploi est moins déterminant.

    La motivation débouche sur une formation tertiaire
    Foto SEFRI
    Profil de compétences de l’enseignant et de l’enseignante de la formation professionnelle

    Quelles sont les situations professionnelles qui distinguent le travail d’un enseignant ou d’une enseignante du domaine professionnel? Et quelles sont les ressources qui composent actuellement et qui composeront, à l’avenir, son profil de compétences? Un projet mené par l’IUFFP au niveau national a permis d’identifier onze compétences et 50 situations professionnelles qui caractérisent le profil de l’enseignant et de l’enseignante de la formation professionnelle et qui servent désormais de cadre de référence pour le développement des différents parcours de formation de base des enseignantes et des enseignants.

    Onze compétences sont au cœur de l’enseignement
    Foto Daniel Fleischmann
    Recherche sur le parcours de vie au moyen de données longitudinales TREE

    L’étude longitudinale suisse TREE (Transitions de l’école à l’emploi) observe depuis déjà presque 15 ans les parcours de formation et de travail après la scolarité obligatoire. Les résultats les plus récents montrent que près de la moitié de la cohorte observée quitte le système de formation avec une certification professionnelle initiale. 40 % environ acquièrent une certification au niveau tertiaire (haute école, université ou formation professionnelle supérieure). 10 % de la cohorte restent sans certification professionnelle post-obligatoire. Dans l’ensemble, la situation sur le marché du travail est en majorité favorable : le taux d’emploi est élevé, le chômage faible, et le revenu moyen se situe à près de 6000 francs par mois.

    Bilan intermédiaire à l’âge de 30 ans
    Foto SEFRI
    Étude de l’IFFP sur la résilience des enseignants dans la formation professionnelle

    Selon le consensus général, la profession d’enseignant présente un niveau de stress élevé. Sur la base d’une étude à l'IFFP, cet article expose les multiples facteurs contextuels et individuels qui contribuent à la résilience des enseignants des écoles professionnelles. Ces acquis font ressortir que des mesures systémiques à plusieurs niveaux sont nécessaires afin de favoriser cette résilience. Il faut notamment transmettre aux enseignants les compétences requises pour la gestion de tâches d’enseignement complexes et hétérogènes, renforcer leur sentiment d’accomplir une mission et favoriser un environnement scolaire de collaboration et de soutien.

    Comment les enseignants gèrent les situations difficiles
    Foto Nathan Dumlao on Unsplash
    Nouveau livre aux éditions hep : Nichtwissen der Lehrperson – le non-savoir de l’enseignant

    Les enseignantes et enseignants, dit-on, transmettent du savoir. Certes. Mais l’on ne parle pratiquement pas du fait que les enseignants sont également confrontés régulièrement à de nombreuses situations imprévisibles, aux exigences contradictoires, où l’on n’a guère le temps de réfléchir de façon approfondie. L’action professionnelle de l’enseignant suppose la gestion du « je ne sais pas ». Toutefois, les enseignants ne sont souvent pas suffisamment au fait du phénomène du non-savoir, comme le met en lumière l’auteure de l’ouvrage, Irene Schumacher, dans cette interview.

    Pourquoi le non-savoir fait partie du métier d’enseignant