Renouvellement de la newsletter de la SRFP

La SRFP a décerné pour la première fois un prix pour la formation professionnelle

Realto réunit les lieux d‘apprentissage

SRFP, le 27.11.2020. À travers la remise d’un prix de reconnaissance, la Société suisse pour la recherche appliquée en matière de formation professionnelle (SRFP) encourage le transfert de la recherche de qualité en matière de formation professionnelle vers la pratique. Le premier lauréat de ce prix est le projet Realto. Cet espace numérique est un point de rencontre entre l’école professionnelle et la pratique professionnelle. La remise du prix a eu lieu le 27 novembre 2020.
Vous trouverez de plus amples informations ici.

Les contributions les plus récentes de «Transfert. Formation professionnelle dans la recherche et la pratique»

La SRFP a décerné pour la première fois un prix pour la formation professionnelle
Par
  • Jean-Luc Gurtner

À travers la remise d’un prix de reconnaissance, la Société suisse pour la recherche appliquée en matière de formation professionnelle (SRFP) encourage le transfert de la recherche de qualité en matière de formation professionnelle vers la pratique. Le premier lauréat de ce prix est le projet Realto. Cet espace numérique est un point de rencontre entre l’école professionnelle et la pratique professionnelle. La remise du prix a eu lieu le 27 novembre 2020 – dans le cadre d'une conférence numérique. Dans cet article, Jean-Luc Gurtner explique pourquoi Realto est plus qu'un simple instrument numérique.

Realto réunit les lieux d‘apprentissage
Photo | EPFL
Etude sur le choix de la profession
Par
  • Andreas Kuhn
  • Stefan C. Wolter

Les choix professionnels des jeunes en Suisse continuent de différer considérablement selon le sexe. Une explication évidente, qui n'a jusqu'à présent guère retenu l'attention dans le débat public, est la différence d'intérêts professionnels entre les femmes et les hommes. En fait, il existe une corrélation étonnamment forte entre le profil professionnel d'un métier et la proportion de jeunes femmes et de jeunes hommes dans la profession correspondante. Cela - ainsi que d'autres conclusions - suggère que les normes et stéréotypes sociétaux ne sont pas la seule cause des différences observées dans les choix professionnels ; les jeunes suivent également leurs propres intérêts, inclinations et capacités lorsqu'elles/ils choisissent une profession. De ce fait, il est probable que les femmes et les hommes continueront à choisir des professions différentes à l'avenir.

Les femmes et les hommes ont des intérêts différents
Photo | SEFRI
Didactique des domaines professionnels en Suisse
Par
  • Prof. Dr. Carmen Baumeler
  • Prof. Dr. Antje Barabasch

L’organisation swissuniversities finance, depuis quelques années, la leading house « Didactique des domaines professionnels », qui étudie la conception et la mise en œuvre de cette didactique en Suisse. Les partenaires de cette institution sont l’Institut fédéral des hautes études en formation professionnelle, les Hautes écoles pédagogiques de Lucerne, Saint-Gall et Zurich ainsi que l’Université de Zurich. Le présent article donne une vue d’ensemble des résultats. Il montre qu’aucune conception homogène n’a été établie établie en Suisse jusqu’à présent en matière de didactique des domaines professionnels, notamment parce que les expert-e-s répondent de manière contradictoire à la question fondamentale de savoir si une telle approche didactique est nécessaire. Dans le contexte institutionnel actuel de la Suisse, il est donc peu opportun de promouvoir le développement de didactiques des domaines professionnels pour toutes les professions, même si elles ont pu s’imposer en ce qui concerne les principales professions. La formation limitée dans le temps du personnel enseignant des écoles professionnelles justifie que la priorité soit accordée principalement à la didactique de situation, aux fondements pédagogiques et didactiques ainsi qu’aux principes généraux d’un enseignement de qualité.

Un paysage hétéroclite
Photo | Ptti edu on Unsplash
Étudier les rapports aux temps des apprentis permet de contrer l’idée reçue selon laquelle les jeunes se définiraient par une posture présentiste
Par
  • Guillaume Ruiz

Les rapports aux temps des jeunes apprentis semblent autant intriguer qu’exaspérer les adultes qui les côtoient. Ils seraient davantage impatients et moins organisés que leurs aînés. Mais surtout, ils se complairaient volontiers dans un éternel présent sans trop se soucier de leur avenir. Qu’en est-il vraiment ? Contre toute-attente, la plupart des apprentis rencontrés savent s’organiser et nourrissent des projets d’avenir réalistes, même s’ils ne s’en vantent pas. Après tout, le temps est un langage social et se mettre en scène différemment des adultes qui leur semblent très organisés permet de signifier qu’ils appartiennent à une catégorie sociale qui a fait de la liberté sa principale définition : la jeunesse.

Gestion du temps et capacités projectives des apprentis : à l’encontre de quelques idées reçues
Photo | Luke van Zyl on Unsplash
Projet de recherche « Enhanced Inclusive Learning » sur la compensation des désavantages
Par
  • Annette Krauss
  • Claudia Schellenberg

Plus d’un jeune ou jeune adulte sur quatre dit de lui-même qu’il est en situation de handicap. Les intéressés font état de difficultés relatives à la maîtrise des exigences de l’école ou de l’entreprise, et d’un bien-être réduit. Une partie d’entre eux bénéficie d’un instrument appelé « compensation des désavantages ». Les bénéficiaires sont avant tout des personnes présentant des troubles de l’écriture ou de la lecture, suivies de personnes souffrant de TDAH ou d’un handicap physique. Dans les écoles, le savoir et l’expérience portant sur la gestion de la compensation des désavantages ont beaucoup augmenté, mais l’on rencontre également des insécurités pour la mise en œuvre de cet instrument. Le projet « Enhanced Inclusive Learning » explore les expériences, les attitudes et les possibilités qu’offre cette mise en œuvre.

Une aide dans la plupart des cas
Photo | Alissa De Leva on Unsplash
Recherche en sciences de l’éducation sur les interactions dans les pratiques éducatives liées à la petite enfance
Par
  • Marianne Zogmal

Dans le champ de l’éducation de la petite enfance, l’observation des bénéficiaires est considérée, par les praticiennes, comme une compétence professionnelle à part entière. A partir d’un projet doctoral mené pendant quatre années dans des structures d’accueil à Genève, la présente contribution s’intéresse à cette compétence d’observation peu visible et néanmoins centrale. L’analyse de différentes situations de travail montre comment les observations s’imbriquent dans le cours des interactions, tout en offrant des opportunités d’apprentissage informel pour les éducatrices. Plus généralement, l’article illustre de quelles façons une meilleure compréhension de l’observation en actes peut contribuer à documenter la complexité des métiers éducatifs dans leur exercice quotidien et à offrir des ressources théoriques et méthodologiques pour développer des démarches de formation.

Apprendre à observer : une compétence professionnelle centrale
Photo | SRF myschool
Préapprentissage d’integration (PAI)
Par
  • Annatina Aerne

Pour réagir à l’afflux des réfugiés en Suisse, le Secrétariat d’état aux migrations a lancé en 2015 le préapprentissage d’intégration (PAI). Il est proposé depuis 2018 dans douze champs professionnels assez différents. Tandis que certaines organisations du monde du travail (OrTra) étaient bien disposées à réaliser le programme, d’autres se sont montrées réticentes à l’ouverture de ces métiers aux réfugiés. On craignait par exemple que le PAI dévaloriserait les formations en place. La présente étude (en allemand uniquement) montre comment les différents secteurs professionnels ont géré le dilemme de protéger le prestige de leur métier tout en intégrant des réfugiés.

Entre le devoir d’intégration et le souci du prestige
Photo | SEFRI

Fritz Oser est décédé le 5 septembre à l’âge de 83 ans. De 1981 à sa retraite en 2007, Oser était professeur ordinaire de pédagogie à l’Université de Fribourg. « Le plus grand mérite de Fritz Oser est d’avoir révolutionné la formation universitaire des enseignants et de l’avoir fondée sur une base scientifique », déclare Franz Baeriswyl, ancien directeur de la formation des professeurs de gymnase à l’Université de Fribourg. « Il a développé la didactique sur une base psychologique comme discipline en tant que telle. » Oser a été parmi les premiers à effectuer un travail de recherche fondamentale sur les processus d’apprentissage dans la formation professionnelle. Il a ainsi dirigé la Leading House « Professional Mind », dont Margrit Stamm fait l’éloge en ces termes : « Oser et son équipe de chercheurs ont apporté une précieuse contribution à la recherche soutenue sur la formation professionnelle en Suisse, et également acquis un renom considérable à l’échelle internationale. » L’une des publications de la Leading House s’intitule « Ohne Kompetenz keine Qualität » [Pas de qualité sans compétence] (Bad Heilbrunn : Klinkhardt 2013). À l’occasion des obsèques de Fritz Oser, Horst Biedermann, recteur de la Haute école pédagogique de Saint-Gall, a rendu hommage au défunt (en allemand).

In memoriam Fritz Oser
Nouveau livre aux éditions hep : L’examen des compétences opérationnelles

L’« orientation vers les compétences opérationnelles » est le principe directeur de tout apprentissage dans la formation professionnelle. Il se fonde sur le « Manuel relatif aux ordonnances » qui définit l’« acquisition de compétences professionnelles opérationnelles » comme objectif de la formation professionnelle initiale. Les apprenants ne doivent pas seulement savoir comment on fait quelque chose, ils doivent également savoir le faire. Mais aussi simple que cela puisse paraître, la mise en œuvre de ce paradigme pose toujours encore des défis importants pour l’enseignement, et tout particulièrement pour la réalisation des examens. Un ouvrage sur ce sujet (en allemand) est paru ces dernières semaines aux éditions hep. Il contient entre autres une « taxonomie des compétences opérationnelles » destinée à remplacer la taxonomie de Bloom.

Du savoir au savoir-faire
Photo | SEFRI