Travail de thèse

L’entretien motivationnel en appui aux prestations d’orientation

Ce travail de thèse s’est intéressé au potentiel de la méthode de l’entretien motivationnel pour amplifier la motivation des personnes qui entreprennent des démarches d’orientation pour rechercher une place d’apprentissage ou pour s’insérer sur le marché de l’emploi en les conduisant à trouver, par eux-mêmes, les raisons qui les pousseraient à entreprendre de telles démarches. L’étude a notamment montré qu’une formation de deux jours suivie d’une séance de supervision permet de maîtriser les bases de la méthode de l’entretien motivationnel. En revanche, une formation plus intensive permettrait une meilleure aisance et finesse dans son utilisation.

Shékina Rochat
Par Shékina Rochat
Shékina Rochat, Université de Lausanne, psychologue conseillère en orientation

Il apparait donc que le recours à la méthode de l’entretien motivationnel en appui aux démarches d’orientation est prometteur à plusieurs titres.

C’est bien connu que pour trouver une place d’apprentissage, s’insérer dans le monde du travail ou commencer une formation, il faut être motivé ! Que faire alors lorsque les personnes qui affrontent des transitions professionnelles ne sont pas motivées à entreprendre de telles démarches, ni même à rencontrer leur psychologue conseiller-ère-s en orientation ? Pour répondre à cette question, cette thèse s’est intéressée au potentiel de la méthode de l’entretien motivationnel (Miller & Rollnick, 2006, 2013) pour venir en appui aux prestations d’orientation scolaire et professionnelle. L’entretien motivationnel a été développé à l’origine dans le domaine du traitement des addictions pour motiver les gens à arrêter de fumer ou de consommer de la drogue. Cette approche part du principe que la motivation à entreprendre un changement est souvent entravée par de l’ambivalence, une attitude qui se manifeste par la présence simultanée d’arguments en faveur et en défaveur du changement et se traduit souvent par des discours tels que « oui, je sais que je devrais changer, mais… ». Afin de résoudre une telle ambivalence, les auteurs proposent que la clé réside dans le fait d’amener la personne à trouver par elle-même les raisons qu’elle aurait de changer, plutôt que de chercher à la convaincre de le faire.

Figure 1. L’ambivalence est la présence simultanée d’arguments en faveur et en défaveur du changement.

Ainsi, plutôt que d’expliquer à la personne toutes les raisons pour lesquelles elle devrait entreprendre des démarches d’orientation ou chercher une place d’apprentissage, le ou la psychologue conseiller-ère en orientation aurait tout avantage à l’interroger sur les raisons qu’elle aurait de le faire, par exemple en demandant « en quoi est-ce que cela serait important pour vous de trouver une place d’apprentissage ? ».

Selon Ford (1992), pour être motivé à entreprendre un changement, la personne doit avoir un but : ce but doit être clair, important et prioritaire sur d’autres buts. De plus, la personne doit avoir le sentiment qu’elle peut l’atteindre, à la fois parce qu’elle en a les capacités personnelles, mais également parce que son contexte le permet. Enfin, il faut que l’objectif en question suscite des émotions chez la personne : soit des émotions positives (telles que l’intérêt, la joie ou la curiosité) qui lui donnent l’énergie pour aller dans une direction perçue comme désirable, soit des émotions négatives (telle que l’anxiété) qui la conduisent à souhaiter éviter des conséquences indésirables. Dans cette thèse, l’auteure propose qu’en conduisant la personne à trouver et à exprimer par elle-même les raisons, capacités et désirs de réaliser un changement au travers d’une posture motivationnelle, le ou la psychologue conseiller-ère en orientation est susceptible d’aider la personne à percevoir l’objectif de s’insérer professionnelle et ou/d’entreprendre des démarches d’orientation à la fois plus important, plus atteignable, et plus désirable.

Figure 2. Les composantes essentielles de la motivation selon Ford (1992).

La réalisation d’une étude de cas conduite lors d’une séance de conseil en orientation avec un jeune présentant une forte ambivalence à l’égard d’une décision professionnelle montre que le recours à des comportements basés sur l’entretien motivationnel (questions ouvertes pour conduire la personne à formuler ses propres arguments, reformulations des arguments de la personne, etc.) est statistiquement associé à la production d’un discours axé sur le changement et à une résolution effective de l’ambivalence. À l’inverse, des comportements impropres à la méthode (comme le fait de donner des conseils sans permission, ou de donner des avertissements) sont susceptibles d’encourager la personne à donner des arguments allant à l’encontre du changement. Ces résultats soulignent la pertinence du recours à l’approche motivationnelle dans le cadre des démarches d’orientation pour aider les individus à surmonter leur ambivalence à l’égard de certains changements survenant dans leur vie professionnelle.

Cette méthode semble également particulièrement intéressante pour permettre aux psychologues conseiller-ère-s en orientation d’aider les individus à faire des compromis entre leurs aspirations et les contraintes de la réalité. En effet, les professionnel-le-s de l’orientation sont souvent confrontés au dilemme de savoir s’il faut encourager une personne à « rêver » ou, au contraire, la confronter à la « réalité » du marché de l’emploi, au risque de la décourager et d’être perçu comme le ou la « briseur-euse de rêve » (Cardoso, Taveira, Biscaia & Santos, 2012). C’est notamment le cas avec les individus qui sont très investis dans leurs activités de loisirs et qui souhaiteraient en faire leur métier. L’approche motivationnelle peut alors être recommandée pour amener la personne à découvrir, par elle-même, les obstacles à la réalisation d’un projet très ambitieux et les ressources pour y faire face, ou alors des alternatives envisageables.

Afin de tester la faisabilité de l’introduction de l’entretien motivationnel au sein des prestations traditionnelles d’orientation, une étude quasi-expérimentale a été menée auprès de huit psychologues conseiller-ère-s en orientation travaillant avec des élèves en scolarité obligatoire dans le canton de Vaud. Les résultats ont montré, qu’au terme d’une formation à l’entretien motivationnel de deux jours suivie d’une séance de supervision, la plupart des psychologues conseiller-ère-s en orientation étaient parvenus à maitriser les bases de la méthode, mais auraient bénéficier d’une formation plus intensive pour parvenir à davantage d’aisance et de finesse dans son utilisation.

En conclusion de ces différents travaux, il apparait donc que le recours à la méthode de l’entretien motivationnel en appui aux démarches d’orientation est prometteur à plusieurs titres : pour amplifier la motivation des individus à entreprendre des démarches d’orientation et d’insertion professionnelle, aider les individus à résoudre leur ambivalence et à modérer leurs aspirations. Suite à l’entreprise de ce travail de thèse, plusieurs psychologues conseiller-ère-s en orientation dans les cantons romands ont, par ailleurs, entrepris de se former à la méthode. Toutefois, pour garantir une utilisation fluide de l’entretien motivationnel dans les démarches d’orientation, il apparait qu’une telle formation gagnerait à être plus intensive, notamment en multipliant les opportunités de pouvoir se former en continu, par exemple au moyen de la supervision.

Références

  • Cardoso, P., Taveira, M. C., Biscaia, C. S., & Santos, M. G. (2012). Psychologists' dilemmas in career counselling practice. International Journal for Educational and Vocational Guidance, 12, 225-241. doi:10.1007/s10775-012-9232-9
  • Ford, M. E. (1992). Motivating humans: Goals, emotions and personal agency beliefs. London, UK: Sage.
  • Miller, W. R., & Rollnick, S. (2006). L’entretien motivationnel : aider la personne à engager le changement. Paris, France : InterEditions.
  • Miller, W. R., & Rollnick, S. (2013a). L'entretien motivationnel : aider la personne à engager le changement (2nd ed.). Paris, France : InterEditions.
  • Rochat, S. (2017). L’entretien motivationnel en appui aux prestations d’orientation scolaire et professionnelle. Lausanne, Suisse : Université de Lausanne, Faculté des Sciences Sociales et Politiques.